Rechercher
  • raphaelegranger

Avez-vous le temps ?



La course au "toujours plus", "toujours mieux"

N'avez-vous jamais entendu ou prononcé des phrases du type "Je n'ai pas le temps", "Je suis débordé.e", "Je n'ai pas 5 minutes à moi", "Je cours après le temps", "J'ai le cerveau en surchauffe", "Demain, je me mets au sport (demain, vraiment ?!)", "Il faut que j'arrive à trouver du temps pour finir ce dossier", "Quand j'aurai plus de temps/quand je serai en vacances...", etc. ?

N'avez-vous jamais dit à vos enfants ou entendu "Dépêche-toi", "Avance plus vite", "Arrête de rêvasser", "On va être en retard, presse-toi un peu !", "Grandis un peu, à ton âge, blablabla", "Arrête de trainer des pieds, sinon ne sera jamais à l'heure !", "Cours ou bien tu vas rater ton car"...

Vous avez ce sentiment de passer votre temps à courir (sans trop savoir après quoi d'ailleurs) et ne plus arriver à contrôler grand chose.

Tout cela vous parle ?

Rythme effréné d'une société qui en demande constamment davantage, qui va toujours plus vite, avec toute la pression que cela engendre dès le plus jeune âge ; pression sociale/familiale, injonctions de réussite, quête du bonheur (à trouver absolument, en admettant qu'il soit caché quelque part) ; moule dans lequel il faut entrer (au risque de devenir tarte) ; attentes des uns et des autres qu'il faudrait combler... Autant d'éléments qui rythment la course du temps, une course folle à laquelle nous participons - presque - tous. Or à force de vouloir toujours plus, toujours mieux, à force de vouloir aller toujours plus loin, toujours plus vite, il se pourrait bien que l'on finisse par se perdre.


J'ai quelques questions pour vous

Quand vous êtes-vous émerveillé.e pour la dernière fois ? Devant un lever ou un coucher de soleil - à quelques exceptions géographiques près, l'astre solaire se lève et se couche tous les jours... si si je vous assure ! Devant les yeux pétillants d'un enfant, le sourire d'un proche, la mélodie d'un chant d'oiseau ? Devant la beauté de cette plante qui pousse au milieu d'une route, des couleurs du ciel un après-midi d'orage ? En observant la vie secrète des animaux - ce sont de parfaits professeurs de vie ? En vous réveillant conscient.e de cette chance d'être vivant ?

Quand avez-vous pris ce temps pour être reconnaissant de ce qui est là, juste devant vous ? Quand avez-vous réellement pris le temps d'admirer la beauté simple de la Nature qui nous entoure ?

Et puis... Quand avez-vous pris du temps pour vous pour la dernière fois ? Pas pour faire quelques courses, préparer à manger pour la famille, ranger la maison, faire un peu de ménage, jouer avec les enfants, rendre ce petit service à un.e ami.e ou encore finir de visionner cette série que vous avez promis de regarder il y a plusieurs semaines - peut-être même quelques mois - avec votre chéri.e. Non... Pas ce temps-là (même s'il est important, aussi). Prendre du temps pour vous, rien que pour vous...

Quand avez-vous pris le temps de ne rien faire si ce n'est simplement vous poser, vous écouter et respirer, au véritable sens du terme ?


Vous ne vous souvenez plus ?

Je vous propose de le faire, là, maintenant, tout de suite.


Un moment hors du temps

Prenez cet instant comme un cadeau que vous vous feriez à vous-même.

Levez les yeux et regardez autour de vous. Prenez le temps d'observer calmement votre environnement, quel qu'il soit, sans chercher à le définir.

Puis fermez les yeux et portez votre attention sur votre corps, votre mental, vos émotions, votre monde intérieur.

Comment vous sentez-vous, là, maintenant, tout de suite ? Dans votre tête ? Dans votre soeur ? Dans votre corps ?

  • calme

  • serein.e

  • anxieux.se

  • énervé.e

  • déçu.e

  • découragé.e

  • en colère

  • tendu.e

  • bouillonnant.e

  • submergé.e

  • impatient.e

  • douloureux.se

  • triste

  • fatigué.e

  • perdu.e

  • épuisé.e

  • abandonné.e

  • usé.e

Soyez bienveillant.e avec vous-même. Ne cherchez pas à analyser ou corriger. Observez simplement, sans jugement. Comme si vous étiez spectateur/spectatrice.

Prenez une profonde inspiration par le nez. Prenez le temps de sentir l'air frais entrer dans vos narines et remplir vos poumons. Puis soufflez lentement en essayant de percevoir la température de l'air qui sort de votre nez ou votre bouche.

Recommencez une deuxième fois.

Puis une troisième.

Et observez ce qui se passe en vous.

Comment vous sentez-vous après ce court instant pris pour vous ?


Cela ne vous a pris que quelques minutes et pourtant, votre perception a certainement changé. Vous vous sentez peut-être plus calme, plus apaisé.e, plus détendu.e... comme si le temps avait ralenti le rythme de sa course. Et de la vôtre.


La puissance du moment présent

Saviez-vous que le temps est malléable ? Vous pouvez le réduire ou l'étirer au gré de vos besoins/envies. Enfin... Presque. Incroyable, non ?! Pourtant, c'est le cas. Le temps est bel et bien un concept inventé par et pour les Humains. Il est subjectif. Si vous avez fait l'exercice que je vous ai proposé plus haut, peut-être vous en êtes-vous rendu.e compte.

Je vous donne un autre exemple : n'avez-jamais eu l'impression qu'une seconde durait parfois une éternité (lorsque vous êtres dans l'attente par exemple ou dans la peur, l'angoisse...) et qu'elle semblait ne pas avoir existé à d'autres moments (quand vous êtes heureux, joyeux, amoureux par exemple...) ?

Lors d'exercices de visualisation ou de méditation, il est aussi bien souvent difficile d'estimer le temps qu'a effectivement duré l'exercice. Lorsque je demande à mes clients s'ils ont une idée du temps écoulé pendant un tel exercice, ils sont généralement incapables de répondre. Pourquoi ? Parce qu'entre veille et sommeil, ils sont déconnectés de la réalité, leur niveau de vigilance est réduit par rapport à un état de veille active. Ils expérimentent qu'il existe une autre temporalité et qu'ils peuvent y accéder quand ils le souhaitent. Notamment lorsque leur mental galope un peu trop ou lorsque leurs émotions les submergent.

Pourtant le temps ne s'est pas arrêté. Il continue de s'écouler, imperturbable. C'est leur perception qui a changé. Ils ne sont plus dans les ruminations d'un passé qui n'est plus ou dans l'attente - parfois l'impatience - d'un futur qui n'est pas encore. A leur place et pleinement conscients de leur présence, ils sont ancrés dans le moment présent.

"Ne demeure pas dans le passé, ne rêve pas du futur, concentre ton esprit sur le moment présent." Bouddha

Respirer

Mais alors comment arrêter de courir en permanence ? Comment calmer un mental bouillonnant ou réguler des émotions débordantes ? Comment ne plus perdre pied et s'ancrer dans le présent ?

Si quelques exercices de respiration peuvent aider temporairement, une pratique régulière et une certaine motivation sont toutefois nécessaires pour changer durablement son fonctionnement.

En sophrologie, l'un des premiers exercices que je propose à mes client.e.s désireux de se recentrer est un exercice simple de (re)connexion au corps. Dans le même esprit que celui que je vous ai proposé ici. Je les invite à se concentrer sur leur respiration, à en prendre pleinement conscience, à l'observer, en étudier les mouvements, l'amplitude, le rythme, la ressentir de différentes manières et en divers endroits de leur corps. Cette simple connexion à soi au travers de sa respiration et de son corps permet de mettre mental et émotions sur pause l'espace d'un instant. Un exercice primordial, comme un échauffement, avant d'amorcer un quelconque travail sur soi.


Vous souhaitez vous reconnecter à vous-même ?

Venez expérimenter : contactez-moi et prenons rendez-vous afin que vous puissiez vous faire une idée lors d'une séance "découverte" ! Ensuite, libre à vous de vous offrir - ou. non - du temps pour vous et d'envisager un accompagnement sur mesure (possibilité d'un suivi en visio).

50 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout